Odette et Joachim : unis malgré le conflit

Un témoignage de Odette Korn,
Mémoire recueillie à

Thématique des  20 ans / Témoignage de :

Odette, 20 ans en 1950

Née à St Julien -les- Metz en 1930

 

Métier : Coiffeuse dès l’âge de 15 ans (2h les après-midi) / Apprentissage sur  3 ans

« Je me suis mariée à 19 ans avec un étranger,  un allemand, Joachim.  J’ai rencontré mon mari dans le salon de coiffure dans lequel  je travaillais. Un jour, une amie est venue me voir pour me demander si  je voulais bien sortir au cinéma avec lui. Vous savez, je n’aimais pas les hommes aux yeux bleus, les blonds, mais j’ai finalement dit oui et nous nous sommes mis ensemble.

Je n’ai jamais su comment mon mari était venu jusqu’en France, il ne m’en a jamais parlé. Je sais juste que Joachim, venant de Dessau, a fui la zone russe, car il n’avait plus rien. Il a perdu sa mère là-bas et a retrouvé son père au bout d’une quarantaine d’années. Notre mariage fut prévu le 9 décembre précisément, car les papiers de Joachim s’arrêtaient à cette date. Il avait déjà tout prévu avant d’avoir ma réponse.

C’était mal vu en 1949 de se marier à un allemand, l’ennemi. Ma mère, ayant perdu un membre de sa famille tué par les allemands, ne l’a pas accepté au début, puis par la suite c’était le « meilleur ».

Avant de le connaître, je sortais beaucoup en bande. Nous allions à bicyclette au bord d’un lac faire des pique-niques. Vous sortez souvent en bande à présent ? En tout cas, plus à bicyclette.  Après la rencontre de Joachim, je ne sortais plus qu’avec la famille et lui.

Mon mari était fils de musicien, il était passionné de musique classique, contrairement à moi qui n’aimait pas ça. Je préférais les accordéons, le twist.

Joachim travaillait comme peintre en bâtiment dans un théâtre.  Il était très travailleur.

 

Nous avons eu notre fille lorsque j’avais 20 ans. Cependant, je n’ai pas eu de chance, ma fille était infirme.

 

Nous allions tous les 3 mois à Mayence, pour se promener. J’aimais beaucoup sortir au restaurant, mais nous avons arrêté d’y aller, ma fille et moi, car elle n’aimait pas le regard des autres, particulièrement des enfants. Alors nous cassions la croûte sur un banc, tandis que mon mari et les autres membres de la famille allaient au restaurant.

Qu’est-ce qui vous a particulièrement marqué lorsque vous aviez 20 ans ?

Ma fille, Christiane ».

Morgane Marty

string(0) ""
Plus de médias