A deux, par delà les frontières

Un témoignage de Yvonne & Lucien Simondon,
né(e) le 1 janvier 1970
Mémoire recueillie à

Pendant les quelques années qui suivirent notre mariage, nous nous sommes mis à camper pendant nos vacances, au mois d’août. Je travaillais en usine et comme toutes les années, j’avais un mois de vacances. Ma femme avait fabriqué avec une copine une toile de tente. Moi, je leur ai fait une armature métallique et on en a fait une grande toile de tente avec mon frère et ma belle-sœur.

Notre premier voyage a été aux châteaux de la Loire. Nous y sommes restés 15 jours, puis nous sommes montés en Bretagne. Nous sommes revenus en 2 jours. L’année d’après, nous sommes allés camper à l’Ile d’Oléron. Nous nous sommes installés sur un terrain où il y avait des gamins : on leur a demandé à qui appartenait cette terre. Ils nous ont répondu qu’elle appartenait à leur parent, on leur a donc demandé si on pouvait y camper et la mère n’a pas osé refuser. Nous étions à 400 m du village, il n’y avait aucune maison à part celle sur le terrain. Elle était située à 50 m de l’océan. Nous avons ensuite discuté avec la dame qui y vivait, son mari était parti à Paris et elle y restait avec ses enfants. Il a fallu qu’elle passe l’hiver dans la maison, alors qu’il n’y avait pas d’électricité. Nous y avons campé pendant 3 semaines, puis on est reparti en remerciant la dame. On lui a offert un petit cadeau de remerciement, et on est reparti en se disant qu’on ne reviendrait plus.

Puis on a parlé de nos vacances à nos amis, ils nous ont dit qu’ils voulaient bien y retourner avec nous, et nous y sommes finalement retournés. C’est à ce moment-là que j’ai fait la connaissance de son mari et il se trouvait que nous étions dans la même profession ! Moi, j’étais simple ouvrier, et lui, il était le patron d’une entreprise qui rachetait des pièces de la marque que je fabriquais. On a bien sympathisé et on y est retourné pendant 50 ans. Pendant une dizaine d’années, on a campé, puis un beau jour, notre toile nous a lâchés. On a donc acheté une caravane. A partir de ce moment là, j’ai eu une douzaine de copains qui venaient avec moi au mois d’août. Donc on se retrouvait toute une bande de vrais copains et on passait des vacances magnifiques à l’Ile d’Oléron.

Quand j’ai été à la retraite, un couple de copains m’a proposé d’aller au Maroc. L’année d’après, on a visité l’Egypte, la Turquie, la Thaïlande, l’Inde et la Chine. Nous sommes retournés au Maroc pour visiter le sud et ensuite nous sommes allés en Californie. C’était des voyages organisés. Parmi tous ces pays, j’ai préféré la Thaïlande.
Là bas, il y a un style particulier, énormément de temples notamment à Bangkok où ils sont tout en or. Il y a également des Bouddhas qui pèsent plus de 50 kg, les constructions sont en pierre, en béton, en ciment, un peu comme chez nous. Dans un autre coin de la Thaïlande, les temples sont faits en briques fabriquées à la main, séchées et puis cuites au feu de bois. Enfin il existe une dernière partie où ces derniers sont construits en bois. Quoi que vous aimiez, vous y trouverez votre compte. Tandis que si vous allez en Egypte, si vous adorez les vieilles pierres et les pyramides, vous allez être enchantés, par contre, si vous n’aimez pas ça, il n’y a rien d’autre à voir.

En ce qui concerne la Chine, ce qui nous a le plus plu, c’est la façon de vivre il y a presque 20 ans de cela. Nous avons été à Pékin, et c’est très impressionnant par rapport à Lyon, il y a énormément de monde. Nous avons également visité Canton et Shanghai. Les chinois ont une caractéristique : ils déjeunent sur le trottoir ! Tous les 10 m, il y a des restaurants…
Nous sommes allés aux Etats-Unis, en Californie, nous avons vu le Grand Canyon, les déserts, les réserves pour les indiens, San Francisco, Los Angeles. San Francisco ressemble un petit peu aux villes françaises avec ses trams. En ce qui concerne le Maroc et la Turquie, ce sont peut-être les pays qu’on a le moins appréciés.
Dans tous les pays, nous parlions français car c’est la seule langue que nous savions parler.

array(0) { }