Avant-hier, j’ai eu ma douzième arrière petite fille !

Un témoignage de Rosine J.,
né(e) le 12 octobre 1926
Mémoire recueillie à


SON FILS HANDICAPE


C’était mon 3eme enfant. J’avais eu deux beaux enfants, 2 petites filles, des blondinettes. Donc quand il est né, je l’ai trouvé, enfin si on peut dire, moins beau que les autres mais bon c’était mon bébé. J’étais contente. Mais je me suis aperçue qu’il avait des oreilles dentelées… mal finies... Et la sage femme n’a rien dit. Il avait de grands yeux bleu ciel. Il était vraiment mignon, petit et puis au bout de 3 jours on faisait bâtir chez mon beau père. Mon mari était parti et il me dit « pour te laisser te reposer, je prends les petits », il prend les 2 enfants donc, avec le landau (….) moi je lui ai dit, mets moi Patrick dans le lit pour ne pas me blesser en le prenant dans le berceau, parce que je lui ai dit, bientôt je vais le faire téter. J’ai commencé à le caresser il avait un petit duvet blond je lui disais « que tu es beau , c’est dommage que tu ne sois pas une fille. » Donc j’ai commencé à le caresser, puis toucher son oreille, et puis…. Tout mon être m’a dit, ce que je vois je ne veux pas le croire, je me suis dit, ce n’est pas possible, vous vous rendez compte, vous regardez une oreille, et c’est fermé, pour moi la bombe atomique à côté, ça a été pareil. Et je suis tombé dans les pommes. Donc je ne sais pas combien de temps je suis restée, quand je suis revenu à moi, le petit tétait et j’étais baignée de larmes. Souvent les gens me disent, « vous voudriez pas revenir jeune ? » Moi non : rien que de repasser cette épreuve pour moi ca a été vraiment, je crois la chose qui m’a le, enfin, une des choses qui m’a le plus marqué…


Une autre fois j’étais avec ma mère, on regardait un feuilleton minable à la télé « amour gloire et beauté ». (…) j’avais une de mes petite filles, on m’avait téléphoné, elle était pas bien donc le téléphone sonne alors on dit « zut on va pas pouvoir entendre le feuilleton » (…) et je décroche et j’entends la voix de ma belle sœur qui me dit « Rosine tu n’as plus de frère » et je vous assure que c’est rentré, et tout mon être l’a rejeté mais en même temps mon subconscient me disait « jacques n’est plus là »


Et en même temps que la douleur rentrait, je disais « c’est pas possible » « mais si tu n’as plus de frère » elle était d’origine grec, c’est vrai qu’en France on l’aurait peut-être pas annoncé comme ca. Tout mon être ne voulait pas, j’avais qu’un seul frère qui avait 4 ans et demi de plus que moi, c’était énorme comme amour, une vraiment grande tendresse tous les 2 et là ma mère me dit « j’ai compris c’est Audrey » Audrey qui était malade. Je lui ai dit « non maman » parce que pour ma mère, mon frère, c’était un dieu, moi je passais très très loin derrière mon frère et je ne savais comment lui dire. Je lui ai dit :


-non c’est jacques


-qu’est ce qu’il y a ? Il est malade ?


Je lui ai dit oui et a ma tête elle a dit « non mais ?... » J’ai dit « si » alors là je préfère vous dire, c’était doublement une douleur.



CES PETITS ENFANTS ET ARRIERES PETITS ENFANTS


Mais tout ca c’est les mauvaises nouvelles, après j’ai eu 14 fois et maintenant 12 fois de plus des joies. Avant-hier, j’ai eu ma 12ème arrière petite fille. Mais à chaque naissance, dès mon premier petit fils j’avais peur je me disais pourvu que quelque chose… on m’a toujours dit que c’était un accident, et vous savez ça travaille alors je me suis toujours dit, pourvu qu’il n’y ait rien. Mais je vous assure, qu’est-ce que j’ai pu avoir peur ! Si jamais ça retombait, les gens dirait, c’est une tare dans la famille. Les enfants qui étaient en âge de se marier je leur ai dit « vous dites tout de suite que vous avez un frère qui est… handicapé enfin qui a un problème »


PETITS PLAISIR :


J’adore les fleurs et j’aime les parfums ! Et les bouquins, c’est ma passion les bouquins


La beauté en tout, aussi bien un paysage, un nuage, un bébé dans la rue, les jeunes


Je me souviendrai toujours, je rentrai des commissions, j’ai vu un petit couple qui s’embrassait, je me suis dit « qu’est ce que c’est adorable de voir ça » et je regarde et en fait c’était ma fille !


« Le regard qu’on porte sur les choses…. »


Les livres c’est beaucoup dans ma vie, j’avais des parents qui avaient une bibliothèque j’ai lu même ce que je n’aurais pas dû lire à 11-12 ans.


array(0) { }