Comment j’ai vécu la guerre

Un témoignage de AnonymeD,
né(e) le 23 juin 1929
Mémoire recueillie à

J'avais dix ans à la déclaration de la guerre. Mon père avait été fait prisonnier en Allemagne et je vivais avec ma mère, mon frère et ma sœur. On était hébergé dans la ferme de mon oncle et de ma tante car notre maison avait été entièrement détruite par les bombes. Nous étions vraiment à l'abri de la faim car nous avions de tout : du beurre, des œufs, de la farine, etc... Un jour, mon père et revenu d'Allemagne et tout a changé. On était resté trois ans dans cette ferme, mais lui n'a pas voulu rester là car c'était en zone occupée. Nous sommes alors allé en zone libre, laquelle se trouvait dans le sud de la France. Nous avons fait le voyage par nos propres moyens. Un paysan nous a donné un cheval et une charrette pour nous transporter jusque là-bas. On a donc traversé la France avec ce cheval et cette charrette. On a parfois dormi dans des étables. Le voyage s'est bien passé. Comme nous étions trois enfants, les gens avaient pitié et nous étions souvent bien accueillis dans les fermes.

Un jour, alors que nous étions occupés, on a vu arriver deux motards habillés en kaki. C'était des américains. On a été libéré dans ce village ainsi. Les américains sont simplement passés en nous disant qu'on été libérés. Après ça, on est revenus dans le nord où nous habitions, à Calais, et quand on est arrivé là-bas, on avait plus de maison car elle avait été bombardée. Pour des enfants, ça fait un choc. Ce sont les anglais qui ont bombardé Calais. Les allemands n'ont jamais bombardé Calais, au contraire, ils protégeaient Calais parce qu'ils voulaient débarquer en Angleterre. Nous n'allions plus à l'école pendant la guerre, c'était notre maman qui nous faisait la classe et donc, à la libération de Calais, on est retourné à l'école. Un jour, les anglais allaient bombarder une poche de résistance allemande près de Dunkerque mais ils se sont trompés. Ils ont bombardé Calais. Depuis la salle de classe, on entendait les avions arriver. Les avions chargés de bombes sont très lourds et font un bruit très sourd. On s'est cachés sous les pupitres. Tout autour, il y a eu des bombes et des morts dans la ville. Et ce alors que nous étions libérés. Les anglais se sont excusés de l'erreur à Calais peu après, mais cela n'a pas rendu les morts. Tout le monde a été choqué de cette erreur terrible. Ensuite, ça a été vraiment la paix.

array(0) { }