Enfance du monde

Un témoignage de Simone B,
né(e) le 7 décembre 1925
Mémoire recueillie à
  • son enfance :

Elle est née au Puy-Notre-Dame (à la limite du département, assez près de Saumur) le 7 décembre 1925 en campagne. Dans son parcours scolaire, elle n’est pas allée jusqu’au brevet car elle vivait à la campagne. Quand elle a eu 10 ans, son petit frère est né. Elle a quitté l’école vers 12 ans et aurait aimé y rester plus longtemps. A la naissance de ses enfants, elle et son mari ont décidés que leurs enfants décideraient eux-mêmes jusqu’à quand ils iraient à l’école. Sa première fille a passé son certificat d’études et voulait être employée de bureau. Elle a passée son BEP et est devenue secrétaire. Aujourd’hui elle est à la retraite. Elle voulait qu’elle ait au moins un diplôme parce que sans rien, il est difficile de trouver du travail. La seconde fille a été plus loin, jusqu’à la maîtrise. Elle est conseillère d’orientation.

L’une de ses filles aimait l’école (la deuxième) et l’autre pas.

Elle leur a offert la chance qu’elle n’avait pas eu.

Elle a vécu à la campagne toute son enfance. Dans sa ferme, il y avait des poules, des cochons et 300 lapins ! C’était un élevage de lapins angoras qu’il fallait épiler tous les 3 mois. Le poil servait à faire les parachutes.

Elle a vu les allemands arriver en France et c’est la seule fois où elle a vu son père pleurer. Ca lui remémorait de mauvais souvenirs. Il s’est dit que la guerre de 14-18 n’avait servi à rien. Elle adorait son père qui était fort de caractère. Il a fait la guerre de 14-18 au cours de laquelle il a été blessé en voulant sauver son supérieur. Pour cette raison il a reçu la croix de guerre. Lors de l’accident, il a été enterré jusqu’au cou par des éclats d’obus. Il a été soigné et est ensuite retourné sur le front.

Elle a vécu toute la seconde guerre mondiale en France occupée.

Un soir sont arrivés trois aviateurs anglais tombés dans le village. Personne ne voulait les récupérer car les Allemands, s’ils s’en rendaient compte, auraient tué ou déporté toute la famille. Finalement c’est son père qui les a logé pour la nuit et le lendemain elle leur a fait un casse-croûte de pâté, et de jambon (à la campagne ils ont moins manqué de choses qu’en ville). Son père leur a donné une bouteille de vin chacun et les a ensuite conduit jusqu’à la ligne de démarcation. Son père a fait un acte de résistance. Elle était contente que son père ai sauvé les anglais.

Un jour les allemands sont venus. Il faisait nuit, ils étaient derrière le portail. Son père leur a dit qu’il était trop tard et qu’il fallait qu’ils reviennent le lendemain. Ils ont tirés sur le chien qui était devant elle, son père a juste eu le temps de la tirer vers lui pour éviter qu’elle soit tuée. Cette histoire est arrivée avant que son père ne recueille les parachutistes. Au début de la Seconde Guerre Mondiale ses parents n’ont pas voulu partir, ils ont  donc vécu toute la guerre sous occupation. 

string(0) ""