Fontaine autrefois, entre convivialité et camaraderie

Un témoignage de Jean Bouchet,
né(e) le 11 décembre 1923
Mémoire recueillie à


Jean Bouchet, résidant depuis 14 ans au foyer logement la Cerisaie à Fontaine, est né à Seyssinet Pariset en 1923.


Etant fils d’agriculteurs il nous fait découvrir la vie villageoise d’antan.


En effet, ses parents étaient propriétaires d’une ferme, comme la plupart des habitants du coin. Il a donc exercé lui aussi le métier de paysan avant de devenir chauffeur livreur.


Lors de notre rencontre il eu la bonté de nous faire partager certains souvenirs de sa jeunesse Iséroise.


Il se rappelle de Fontaine comme un petit village convivial, entouré de terres cultivées où tout le monde se connaît.


Il se remémore que, étant enfant, lui et ses camarades se réunissaient tous les dimanches pour s’amuser sur la place du village. Jean Bouchet explique qu’à l’époque on n’avait pas besoin d’avoir les derniers jeux à la mode, un rien suffisait pour s’amuser… Les jeunes n’étaient pas aussi exigeants qu’aujourd’hui. D’après lui, ils étaient plus endurcis. Il nous parle alors de certains écoliers qui faisaient un grand nombre de kilomètres pour se rendre à l’école, malgré leurs galoches aux pieds. Ses enfants apportaient leurs gamelles pour manger le midi et repartaient chez eux le soir.


Lui, écolier à la tour Sans Venin, s’occupait des vaches de la ferme familiale le matin avant de se précipiter à l’école. Et cela durant toute la durée de sa scolarité…


Il enchaîne sur le fait que la vie à Fontaine a bien changé. Si maintenant c’est devenu une ville où les gens sont plus indifférents et se croisent sans même se connaître, autrefois c’était comme une grande famille. Il y régnait une ambiance conviviale empreinte de camaraderie.


Il se remémore alors les nombreuses Vogs où lui et ses amis se sont rendus tant de fois, comme par exemple la fête patronale du 15 août. Les fêtes de village étaient des sorties habituelles pour les jeunes.


Jean Bouchet nous confie que la ferme dans laquelle il a grandi a été transformée en plusieurs appartements et que de fait il n’y est jamais retourné. Le petit village a peu à peu laissé place à la ville que l’on connaît aujourd’hui, où d’après Monsieur Bouchet tout semble plus bousculé.


array(0) { }