J’ai passé un temps remarquable à Paris en tant qu’étudiant.

Un témoignage de André CHASSAGNE,
né(e) le 31 juillet 1931
Mémoire recueillie à

Monsieur Chassagne : J'ai passé un temps remarquable à Paris en tant qu'étudiant.
M. Chassagne prend l'air surpris en voyant les regards intéressés des volontaires.
C : Vous voulez que je vous parle de mon temps d'étudiant à paris?
Les volontaires : Oh oui!
C : Oh purée...
V : Rires
V : Où est-ce que vous alliez danser?
C : J'allais danser un peu partout, notamment ce que j'appréciais beaucoup c'était la région de Montmartre, les petits cabarets de Montmartre. Ohlalala... Mais ça n'existe plus tous ça! Le lapin agile, tout ça... ça n'existe plus!
V : Le lapin agile?
C : oui, ça a fermé. Le lapin agile, pas le lapin à Gille hein!?!
V : Rires
C : Bon alors le Lapin Agile, la région de Montmartre, la butte, tout ça, c'était super là bas. Et alors à Montmartre il y avait tous les peintres de l'époque de grand renom! Renoir et compagnie.
Ils installaient leurs chevalets sur la butte du sacré cœur où ils dominaient Paris. Et ils faisaient des tableaux absolument magnifiques, place du Tertre notamment, place du Tertre!
V : Moi je suis fan d'un surréaliste...
C : Oui?
V : Man Ray
C : Oui!
V : Et il trainait toujours là bas
C : Bien sur, mais ouiii!
V : Avec Kiki de Montparnasse
C : C'est ça!
V : Rires
C : Mais tout ça moi je l'ai vécu si vous voulez.
V : Ah bah vous y étiez à la bonne époque hein!?
Monsieur Chassagne nous raconte comment se passaient ses cours d'étudiant à Supelec.
C : A cette époque j'ai bourlingué dans Paris tous les soirs! Entre le théâtre, les concerts, les dancings, les soirées à Montmartre, y'avait aussi un coin que j'appréciais pas mal c'était à Montparnasse, tous ces coins là. Le paris nocturne, alors là on le connaît hein! Avec les copains, des fois on loupait le métro, parce que forcément on était tributaires des transports en public. Du métro et des bus.
V : Il y avait déjà le métro??
C : Ah oui! Bien sûr! Mon père a connu le métro dans les années trente, Paris a été un des premier a être doté d'un métro.
V : Ah bon mais Lyon en comparaison?
C : Oulaaah mais c'est venu bien plus tard à Lyon, je crois que c'est dans les années quatre vingt que c'est arrivé. C'est très récent en tout cas! Mon père avait connu le métro avant moi. Il me racontait comment ça se passait... moi ce que j'avais de la peine à croire, c'est qu'on payait un ticket, on rentrait dans une bouche de métro et puis on pouvait passer toute la journée dans le métro, ça coûtait pas plus, un ticket suffisait!
V : Ah mais ça on peut toujours.
V : Moi j'aimerais bien voir les vieilles stations de métro, en mosaïque.
C : Ouiiii! Elles étaient très belles! C'était des œuvres d'art! Et en plus, y'avait souvent, suivant les quartiers où on traversait, quand on traversait par exemple la station du Louvre, des reproductions des tableaux du Louvre qui étaient dans la station de métro! Des reproductions mais magnifiques! La Joconde je l'ai vu, sous toutes les coutures si on peut s'exprimer ainsi.
V : vous alliez écouter des concerts?
C : Surtout de la musique classique, Beethoven et Wagner à la salle Pleyel.
J'avais été pour le plaisir à St Tropez, c'était le moment où les caves dites existentialistes se développaient.
Y'avait aussi Jean Paul Sartre et Simone de Beauvoir qui fréquentaient Le Saint Germain des prés. C'est lui qui a forcé Juliette Gréco à devenir ce qu'elle était car elle refusait absolument de faire de la chanson. Alors qu'est ce qu'il a fait? Il est allé voir Sydney Bechet et lui a demandé d'organiser quelque chose pour la faire chanter!
V : ça a marché?
C : Évidemment, tout de suite elle a été acclamée.

C : Alors pour situer la chose, j'étais étudiant à Paris dans les années 54 / 55. Et à cette époque là, on parlait beaucoup de la bute, on parlait des chansons d'un certain Bruant, qui faisait fureur! Je crois qu'il était déjà très âgé, mais il avait laissé une telle réputation, qu'on ne parlait pratiquement que de lui, de ses mots. Il se foutait de tout le monde, des gens qui arrivaient au cabaret. Et il leur disait «Ah! S'te gueule! S'te guinette!» et puis il continuait sur le même ton, avec beaucoup d'humour, avec un humour grinçant, tout le monde y passait hein! Ce qu'il adorait c'était les gens qui se foutaient en colère et qui lui disaient «Dis donc on est venu ici pour assister à un spectacle, on n'est pas venu pour se faire engueuler» alors lui il se marrait et il répondait «eh bien ici le genre c'est justement d'engueuler les spectateurs. Alors si ça vous plait pas vous passez la porte.».
V: Il plantait le décor!
C: Oui exactement. Moi quand je suis arrivé je n'ai pas eu la chance de voir ses spectacles, mais on m'en parlait beaucoup! Il déplaçait des foules immenses! Les gens aimaient se faire engueuler! Et oui c'est comme ça, ils trouvent ça très spirituel... Ce qui est une preuve d'intelligence de leur part, d'ailleurs! Mais enfin on va pas trop rentrer dans ce genre de considération, on va dire de philosophie à deux balles.
V: Rires!
C: Bon alors, c'est donc à cette époque que moi j'ai connu le Montmartre qui n'a plus rien à voir avec le Montmartre de maintenant. Il y avait des peintres de partout, à l'époque la bute n'était pas trop hérissée de constructions élevées, qui donnait une perspective plutôt agréable et c'était très beau. La place du tertre c'était magnifique!
V: C'était quand la dernière fois que vous êtes retourné à Montmartre?
C: Oh, j'y suis retourné avec mon très jeune frère, dans les années 64 / 65, avec lequel j'ai 16 ans de décalage et qui était étudiant à Paris.
V : Et déjà entre vous et votre frère ça avait beaucoup changé?
C : Ah oui, ça commençait. La place du Tertre, qui est un endroit mythique avec tout ces peintres, ça avait déjà changé. C'était plus la même ambiance, cette ambiance d'artiste! Y'avait dans tous les cafés des machines à sous, des flippers...
Les voitures avaient délogé tout les gens qui venaient, comme Cézanne qui venait avec son chevalet. C'était le démarrage de l'impressionnisme.

array(1) { [0]=> array(10) { ["id"]=> int(47642) ["alt"]=> string(0) "" ["title"]=> string(22) "org_1264507085b821.jpg" ["caption"]=> string(0) "" ["description"]=> string(0) "" ["mime_type"]=> string(10) "image/jpeg" ["url"]=> string(65) "https://www.passeursdememoire.fr/media/org_1264507085b821-jpg.jpg" ["width"]=> int(196) ["height"]=> int(184) ["sizes"]=> array(12) { ["thumbnail"]=> string(73) "https://www.passeursdememoire.fr/media/org_1264507085b821-jpg-150x150.jpg" ["thumbnail-width"]=> int(150) ["thumbnail-height"]=> int(150) ["medium"]=> string(65) "https://www.passeursdememoire.fr/media/org_1264507085b821-jpg.jpg" ["medium-width"]=> int(196) ["medium-height"]=> int(184) ["medium_large"]=> string(65) "https://www.passeursdememoire.fr/media/org_1264507085b821-jpg.jpg" ["medium_large-width"]=> int(196) ["medium_large-height"]=> int(184) ["large"]=> string(65) "https://www.passeursdememoire.fr/media/org_1264507085b821-jpg.jpg" ["large-width"]=> int(196) ["large-height"]=> int(184) } } }
Galerie photos