J’ai vécu en Algérie toute ma jeunesse

Un témoignage de Andrée VIGUIER,
né(e) le 24 février 1914
Mémoire recueillie à

J’ai vécu en Algérie toute ma jeunesse, j’ai fait des études d’arabe pendant 5 ans à la grande ville de Constantine. Je voulais aller à la capitale pour passer mon diplôme de professeur d’arabe, mais mon père m’a dit que c’était hors de question. A cette époque, nous les filles on ne sortait pas comme on voulait. De ce fait j’ai changé de filière et j’ai commencé à prendre des cours de sténo, par la suite je suis devenue la secrétaire du commandant du génie militaire de Constantine pendant 5 ans. C’est là que j’ai rencontré mon mari qui était ingénieur.

En 1936, j’ai eu mon enfant, un fils très bien élevé. Il a fait 27 fois le service militaire en Tunisie, il aimait beaucoup la chasse. Par la suite, il est entré dans une école de radio technique (école de l’air) pendant 5 ans. Aujourd’hui mon fils est écrivain, il est à son 5ème livre.

Je n’ai pas beaucoup voyagé, en 1962 j’ai quitté l’Algérie à cause de l’indépendance. Ce pays où j’ai grandi, où j’avais de bonnes relations avec les habitants, où l’ambiance était forte en émotion. Je suis rentrée en France, j’ai vécu 30 ans à Toulon, puis je suis venue à Grenoble où je vis depuis 18 ans.

J’ai fait une seule croisière, j’ai eu la peur de ma vie, car il y avait une tempête force 9 ce jour là. Le bateau bougeait, les vagues étaient énormes et le vent était super fort. J’ai cru que le bateau allait se retourner. J’ai voyagé en Italie avec les voyages organisés. Quand j’y repense, j’en rigole encore, car je m’amusais à mettre des pièces par terre et je les ramassais, je faisais semblant de les avoir trouvées, mes copines étaient jalouses et moi je rigolais.

Aujourd’hui je suis présidente de l’association « Amicale des Saulnes », qui organise des animations et des sorties à résidence. J’en ai été la secrétaire pendant 5 ans et la trésorière pendant 10 ans.


array(0) { }