La jeunesse d’hier à aujourd’hui

Un témoignage de Marie-Thérèse C,
né(e) le 1 janvier 1970
Mémoire recueillie à

La relation aux parents


J’avais une très bonne relation avec mes parents et les adultes en général, même mes frères et sœurs.


Maman était sévère. On ne sortait pas nous. Ma maman ne me laissait pas beaucoup de liberté.


On aurait bien été dire bonjour aux garçons ! ! !


J’aurais bien rigolé, mais on n’allait qu’au patronage.



L’école


J’ai été à l’école jusqu’à 14 ans. J’ai passé le certificat d’études


J’ai été apprentie couturière après l’école pendant 3 ans, mais je n’aimais pas la couture.



Le travail


J’ai été manutentionnaire, secrétaire puis vendeuse pendant 20 ans environ.


Quand j’avais 14 ans on trouvait ce qu’il y avait par la Chambre de commerce.


Dans ce temps là il fallait travailler. « On ne restait pas les deux pieds dans le même sabot ».



Les loisirs


Mes loisirs c’était le catéchisme, le théâtre, on jouait des pièces dans le patronage.


On rigolait bien. La dernière pièce qu’on a jouée c’était « Les Dames au Chapeau Vert ».


On jouait le dimanche car on ne savait pas quoi faire !


On était sérieux, on ne pensait à rien, on ne sortait pas, ni au bal, ni ailleurs.


On ne sortait qu’avec les parents. Le dimanche on aillait soit au cimetière soit au Champ des Martyrs.


Le jeudi on allait se promener avec les religieuses du patronage.



Rapport avec son fils


Je n’étais pas sévère avec mon fils


Il a été élevé jusqu’à 11 ans avec sa grand-mère (en raison de la nécessité pour elle de travailler).


Il a été à l’école jusqu’à 18 ans.



Le rapport aux jeunes


Je les ai connus petits, ils m’estiment bien. J’ai la parole facile avec eux, tout le monde


m’aime bien dans le quartier. Il faut les prendre en douceur, ils m’aident même s’il y en a


qui sont insupportables. La jeunesse aujourd’hui est déchaînée, ils ont beaucoup plus de libertépar rapport à nous. Nous, on croyait en quelque chose, ça y fait beaucoup. Tandis que la jeunessemaintenant ne croit plus en rien, c’est dommage dans un sens.


Les loisirs des jeunes d’aujourd’hui sont différents des nôtres, nous on avait le patronage !


Ils ont le centre aéré, mais on ne s’en occupe pas beaucoup, alors que nous il y avait des religieuses avec nous.


Souvent je me dis j’aurais 20 ans je m’éclaterais bien !


Je n’ai pas beaucoup de contacts avec mes petits-enfants.


array(0) { }