La simplicité d’un récit

Un témoignage de ,
Mémoire recueillie à

Quelles étaient vos relations avec vos instituteurs ?

La discipline déjà, la discipline et le respect, ça c'était primordial, il fallait dire « bonjour »...comme maintenant quoi...fin bon, je ne sais pas si les enfants disent « bonjour » à l'école maintenant, moi j'en sais rien, faut croire...

Portiez-vous un uniforme à l'école ?

Oui, une blouse, c'était obligatoire.

Quel a été votre parcours ?

J'ai quitté l'école très tôt car j'étais malade. J'ai eu un empoisonnement du sang mais je n’ai jamais trop su comment j'avais eu ça. Ils m'ont soigné et puis j'ai eu une espèce de paralysie du dos. J'étais couché sur une planche, un truc très dur. Je ne bougeais pratiquement pas, comme là, simplement pour manger et aller aux toilettes. Pendant presque un an, 8 mois et demi. Donc voilà mon parcours j'ai arrêté mon parcours très tôt.

Dans quelle ville avez-vous vécu enfant et adolescente ?

Dans le Maine-et-Loire.

Quelles relations entreteniez-vous avec vos grands-parents ?

Ba je n'avais plus que ma grand-mère, qui n'était pas trop commode. Elle était très dur, très sévère. On ne s’entendait pas vraiment. On se ne voyait pas beaucoup.

Participiez-vous aux tâches ménagères à la maison ?

Bah oui le repassage, le lavage, la vaisselle.

Aviez-vous de l’argent de poche ?

Non car mes parents eux-mêmes n’en avaient pas. Ils étaient trop pauvres.

Aviez-vous une éducation religieuse ?

Oui, et j’étais pratiquante. Holala, messe,…J’ai été en pension deux ans avant les bombardements. L’assistante sociale nous plaçait dans les familles les plus pauvres pour que l’on puisse manger à notre faim. Alors on avait des mères, y' en avait une pour chaque choses, une qui s’occupait de nous, une pour le travail manuel, une mère pour les promenades, une pour le catéchisme et on est resté 8 mois et demi. A cette époque-là j’avais 9 10 ans.

Avez-vous des contacts avec vos amis d’enfance ?

Malheureusement non, je n’en ai plus du tout. A l’époque on ne sortait pas beaucoup à part le dimanche.

Quel évènement historique vous a le plus marqué ?
La guerre, les bombardements, les maisons qui brulaient.
Que faisiez-vous pendant votre temps libre ?

Je lisais un peu, j’écrivais beaucoup de chanson, ma mère nous en apprenaient beaucoup. Elle nous donnait des livrets et des feuilles et la chanson du chanteur pour qu’on la recopie. On jouaient aussi beaucoup à l’école, ma sœur faisait la maîtresse et puis nous on était les élèves.

Aviez-vous des loisirs payants ?

Ah bah non, cinéma, piscine, bah oui mais on allait à la piscine pas payante, c’était des anciens trous de bombe, c’était défendu.

Partiez-vous en vacance ?

Oui chez mes oncles et tantes, ils habitaient en campagne, dans les fermes. Mes parents étaient tous des fermiers, des cultivateurs.

Alliez-vous à des bals ?

Ah bah non, enfin j’ai commencé à 15ans.

A quels jeux jouiez-vous ?

L’épervier, les palets, la corde à sauter.

Quand avez-vous eu votre première télévision ?

Quand je me suis marié je regardais Zorro, rire et chanson, des pièces de théâtre mais elle était en noire et blanc je l’aie eu dans les années 50.

Quelles étaient vos sorties en famille ?

A la pêche, les expositions, les promenades dans la nature.

A quel âge avez-vous commencé à travailler ?

A 14 ans, en tant que femme à tout faire chez un docteur à Angers. Je n’aie pas pu choisir mon travail, j’aurai aimé être couturière ou coiffeuse. Moi mon métier c’était femme de ménage. J’étais vendeuse dans une pâtisserie c’était bien ça aussi à Angers et à l’usine Bessonneau qui faisait des cordes, du coton. C’était renommé à l’époque où j’y ai travaillé 6-7 mois. Fallait avoir de la rigueur avec nos supérieurs, ne pas avoir la tête en l’air. Quand on arrivait au travail on mettait la machine en place et on tondait les moutons, des fois la courroie se défaisait il fallait la remettre en place, des fois elle nous tombait sur la tête et il y avait des accidents. J’ai eu 2 arrêts de travail à cause d’une courroie qui m’ai tombé dessus, j’ai été arrêté que 2 a 3 jours mais parfois cela était beaucoup plus grave. Un boulot qui m’aurais plus actuellement, cela aurait été au prêt des enfants. J’avais voulu faire famille d’accueil avant mais j’étais trop fatiguée pour m’occuper de plusieurs enfants et mon mari n’était pas d’accord car il me disait que c’était suffisant avec nos 8 enfants. J’ai eu 6 garçons et 2 filles. J’ai fait des petits boulots avant comme garder des enfants, faire du tricot pour des personnes comme à la boulangère à qui je faisais des chemises en laine. J’étais bien rémunéré pour faire ça en plus cela me plaisait.

Maintenant les loisirs c’est plus l’électronique mais je ne pense pas que c’est mieux car il faudrait réduire le temps des jeux devant les écrans. Plus discuter avec les parents, avoir une vie de famille. Tout change car les parents doivent plus travailler, la maman avant restait au foyer. Maintenant il y a beaucoup de maman qui veulent travailler, déjà parce que cela fait un plus et pour avoir aussi un peu plus de liberté.

array(0) { }