Le récit de vie de Nella

Un témoignage de Nella Laterzat,
né(e) le 28 juin 1928
Mémoire recueillie à

Je suis née le 28 juin 1928, dans l’Isère, dans un petit village pas loin d’ici, prés de Bourgoin-Jallieu. Mais après nous avons déménagé à Roanne afin de se rapprocher de mes grands parents. Mes parents sont d’origines italiennes. Mon père a commencé à travailler très jeune dans la soierie. Et quand on était à Roanne mon père travaillait chez « Gillet », une soierie très connue. Ils sont venus en France à cause du « terrible » (Mussolini), car mon père ne voulait pas en entendre parler. J’ai deux sœurs et un frère. L’aînée est née en Italie, la cadette et moi-même en France. Le dernier c’est mon frère ; il a dix ans d’écart avec moi vous vous rendez compte.
Ma sœur cadette et moi on travaillait dans le tissage de précision, avec des grands métiers à tisser, à Lyon, on utilisait parfois des fils en argent. J’avais alors 18 ans. Ensuite je me suis fiancée, mais l’usine dans laquelle je travaillais a fermée. On m’a quand même proposé de rester sur un poste pour faire les échantillons de qualité, mais j’étais enceinte alors je suis allée avec mon mari à Vaise, où il avait un magasin d’électricité.
J’ai rencontré mon mari au bal. En fait il est venu plusieurs fois au bal, j’habitais à la campagne à cette époque là, près de lyon. Lui il venait de lyon. Il avait une moto. Ah ce que j’ai aimé faire de la moto, mais il était très prudent. J’avais alors 27 ans quand je me suis mariée, c’était inhabituel car à mon époque on se mariait généralement plus tard.
Quand mon fils a eu trois ans je suis rentrée en tant qu’ATSEM, dans l’école maternelle de mon fils pour l’élever et être avec lui au début. Mais j’y suis restée jusqu'à la retraite.
Mais mon mari m’a quitté, il est parti et je n‘ai pas su pourquoi. Mon fils avait alors 13 ans, ça a été terrible pour lui. Pendant deux ans, il a été malade, une sorte de grippe méningée. Ça a été un choc. Il s’est marié deux fois, il a eu deux enfants avec sa première femme une fille et un garçon. Ma belle fille (sa nouvelle femme), est stérile ils ont donc adopté un enfant. Ils sont allés le chercher loin. Ils avaient des amis serbes, du coup ils sont allés par là-bas.
La guerre ? Ou la la…
J’ai eu très faim. Les paysans donnaient tout aux lyonnais, on n’avait pas beaucoup de sucre, ma mère le gardait pour mon petit frère, nous on allait à la pharmacie pour avoir un produit proche : de l’aspartame. On entendait souvent les avions larguer leurs bombes sur lyon, on les voyait de loin. Une fois, ce n’est tombé pas bien loin de chez nous car on l’a bien entendu. A ce moment là on était à saint Maurice de Benost. Lyon sonnait souvent, on entendait toujours l’alarme, c’était incroyable, on avait peur…
Le pire c’est quand ils se sont retirés (les allemands), par ce que pour partir de Lyon ils sont passé par chez nous c’était infernal.
A la retraite je suis restée un temps dans le neuvième arrondissement, mais je n’y suis pas restée très longtemps. J’ai rejoins mon fils qui a fait construire sa maison ainsi qu’une autre pour moi à Vaux en Velin. Je n’ai jamais eu d’animaux là-bas, mais j’avais un jardin. J’ai adoré ce jardin, je plantais des rosiers. J’ai aussi planté un cerisier, ah j’en ai mangé des cerises, il donnait bien, on en a passé des bons moments. J’étais toute seule mais j’étais heureuse.
C’est là que j’ai eu mon accident, un AVC, je suis tombée et je n’avais aucun moyen de me relever. C’est arrivé comme ça, d’un coup … J’ai d’abord été à l’hôpital, puis dans une maison de réduction. Ensuite je suis venue ici (la maison de retraite), ça fait 5 ans maintenant. Je me suis vite adapté ici, c’était un peu comme à la maison de rééducation. Le temps passe vite, mais ça a changé ici, c’est plus pareil faut s’adapter.
Maintenant, mon fils est professeur de mathématique au Lycée juste a coté, il a toujours bien travaillé, avec lui il n’y a jamais eu de problème. Il aime son métier, ses élèves l’aiment bien. Son fils aîné est devenu docteur. Il a 27ans. Ma petite fille, elle, a ouvert sont propre cabinet d’orthophoniste il y a un an à Rive de Giers, elle a 25ans. Le dernier a 15ans, il ne veut pas travailler et a horreur des études. Il a été adopté en Europe centrale. Il avait 4ans, je pense que c’est un peu tard parce que maintenant il a du mal à s’adapter. Je pense qu’il a du vivre un traumatisme. C’est dommage c’est un beau petit…

array(0) { }