l’école en Sicile

Un témoignage de Rosa Prizzi,
né(e) le 1 janvier 1970
Mémoire recueillie à


« J’étais scolarisée en Sicile, je n’ai fait que 4 années d’école. C’était une école religieuse on faisait toujours la prière, et il y avait le crucifix.


On avait un uniforme noir avec un col blanc et un nœud. Le nœud pour moi était blanc et plus tard ils ont mis des couleurs. Différents coloris selon les classes. Mais en Sicile on porte encore les uniformes. Surtout les maternelles et les écoles primaires. Je me souviens aussi des récréations, mais on n’apportait pas de goûter, à l’époque ça ne se faisait pas et on n'avait école que le matin. »


Comment vous avez vécu votre scolarité ?


-« J’avais un père qui voulait qu’on fasse de bonnes études. La tête, je ne l’avais pas parce que je n’étais pas bonne en calculs et en problèmes, mais j’ai été forcée de continuer. C’était mon père qui m’attendait le soir, comme il était cordonnier il travaillait à la maison, alors il m’apprenait beaucoup de choses, il était vraiment sévère. »


Et votre mère ?


-« Houlà non, ma mère ne savait ni lire ni écrire, c’était juste mon père. Et quand il y avait des clients qui venaient, moi j’en profitais pour m’échapper un peu parce que c’était vraiment dur pour moi. J’ai eu mes 5 ans au mois de juillet et j’ai commencé l’école en septembre. Mon père a commencé à me faire écrire, je n’avais même pas 6 ans.


C’est aussi à ce moment-là que sont arrivés mes frères et sœurs. On était 7 enfants. J’avais 4 ans d’écart avec ma sœur dès que j’ai arrêté l’école (à 9 ans). Mon père a fait tout ce qu’il a pu mais il a fini par comprendre que je n’étais pas faite pour l’école. Je n’étais pas assez intelligente. Ensuite j’ai aidé ma mère. »


Donc vous aidiez votre mère ?


-« Oui je faisais le ménage, ma mère était très fatiguée. J’étais toujours à la maison. Vous savez en Sicile, il n’y avait pas de travail pour les femmes. C’est un pays très pauvre. On faisait le ménage mais ce n’était pas comme maintenant une heure par ci une heure par-là, on partait le matin et on revenait le soir. »


Vous avez regretté de ne pas avoir fait plus d’études ?


-« Non, je ne regrette pas, c’est fini, c’est comme ça. Je me suis mariée à 20ans, le 30 avril, et ma fille est née le 29 janvier. Pile 9 mois ! (rire). »


Y’a-t-il un métier que vous auriez aimé faire ?


-« Moi je voulais broder, mais comme je vous dis, la famille elle était grande et comme j’étais l’ainée je devais m’occuper de la maison donc je n’ai pas pu apprendre de métiers.


Je tricotais souvent parce que ma mère ne savait rien faire, elle se disait couturière mais elle ne faisait rien de plus qu’un pullover. Moi je faisais tout à la maison, on était 9 : laver à la main, faire à manger, le ménage… c’était pas du tout comme maintenant. »



array(0) { }