Ma grande famille

Un témoignage de Nicette Percot,
né(e) le 29 septembre 1921
Mémoire recueillie à

Je m'appelle Nicette, je suis née en Indochine, à Haiphong au Vietnam en 1921, issue d'une famille aisée qui tenaient une épicerie fine française.


J'ai été à l'école française de Saint Vincent-de-Paul, dont j'ai gardé un très bon souvenir et une bonne éducation. Je suis arrivée en France en 49, évacuée avec mon fils de six mois. J'ai été accueillie chez ma belle-mère, comme mon mari était militaire, j'avais des amis de partout, à Capbreton, à Nay etc.


J'ai élevé cinq enfants : deux que j'ai eu avec mon premier mari et les trois enfants de mon deuxième mari, j'ai eu 15 petits-enfants et neuf arrière-petits-enfants. Je les ai tous élevés, ils ont tous réussi : j'ai deux colonels, un prof de maths, j'en ai une à Singapour, mariée avec le directeur de Shell. Et après tous les autres ce sont les petits-enfants :l'un est gendarme, l'autre est douanier, un autre est traiteur, ils ont tous réussi!


Je suis tranquille avec mes enfants, ils ont tous une maison, celui qui est à Lescar est à la retraite, il était Président des Anciens Combattants, il a démissionné l'année dernière car il avait trop de travail : il s'occupait de moi, de sa femme, il n'en pouvait plus! Alors je lui ai dit que j'allais me chercher une maison de retraite pour qu'il soit tranquille, je voulais y rentrer de moi- même. Comme ça il est libre, il peut aller voir ses enfants, il n'a plus besoin de faire mes courses, et moi maintenant je suis bien, je n'ai que des petites courses, je n'ai pas besoin de grand-chose. Quand je suis rentrée ici, ils étaient tellement gentils ! Je me suis vite habituée à la vie de la maison.


Mes enfants me téléphonent, ils ne viennent qu'aux grandes vacances, les enfants ont école, les grands ont leur travail, je ne peux pas aller chez eux, mais ils viennent chez mon fils à Lescar, je vais passer la journée là-bas, et je reviens le soir ici comme ça je suis tranquille, car c'est fatiguant!


array(0) { }