Permis de conduire à l’armée

Un témoignage de Gérard Culleriez,
né(e) le 15 mars 1923
Mémoire recueillie à

Vers la fin de mon service, le capitaine m'a nommé chef de garage, mais je n'avais pas mon permis de conduire. Donc il me l'a fait passer le lendemain sur la base. J'avais déjà conduit la voiture de mon père et des véhicules américains à Bourges, des jeeps, des half-tracks, donc je savais conduire. Le lieutenant qui m'a fait passer le permis m'a fait faire dix mètres, puis on s'est retrouvé devant un petit ruisseau avec un pont tout pourri. Il m'a demandé comment on faisait pour doubler sur un pont, ce à quoi je lui ai répondu qu'on ne doublait pas sur un pont. Du coup, il m'a félicité et donné mon permis. Le permis de l'armée était vert. Après l'armée, il a été automatiquement transformé en permis civil, ce qui fait que j'ai tous les permis, de la voiture jusqu'au poids-lourd avec remorque.

array(0) { }