Récit de vie de « La Anne Marie » et de son amie madame Maneval

Un témoignage de La Anne Marie,
né(e) le 26 mai 1925
Mémoire recueillie à

Née en 1925 à Saint-Etienne d'un père ouvrier, elle connut peu de vacances, excepté à Sanary dans la maison de la marraine de guerre de son père. Elle aimait particulièrement sa mère, Marie-Benoîte, qu'elle appelait tendrement « ma petite Marie-Benoîte ».
« La Anne-Marie » a été à l'école primaire où elle était bonne élève mais bavarde. Ses matières préférées étaient le français, l'histoire de France et la poésie. Elle et ses copines d'ouvriers devaient descendre du trottoir pour laisser passer les petites bourgeoises qu'elles n'aimaient pas du tout.


Au début de son adolescence, la guerre de 39-45 est venue perturber cette transition vers l'âge adulte. Une partie de sa famille était juive et lorsqu'on leur demandait « vous êtes juifs? » ils répondaient sans hésiter « non, on est chrétiens, Jésus était le roi des juifs! »
Elle nous a également évoqué le souvenir de sa rencontre avec un jeune soldat allemand dans un bus qui paraissait triste, et pour le consoler, « la Anne-Marie »lui caressa la joue en lui disant « Mother, mother ».


Son père, Louis, a été blessé lors de la Première Guerre Mondiale. Il ne pouvait pas et ne voulait pas se battre lors de la Seconde Guerre Mondiale. Son grand-père, lui-même, avait fuit l'Allemagne pour rejoindre l'Alsace à pied.
Elle garde un excellent souvenir de son père et entre autre de ce que son père lui disait lors des élections: « Quand on nait ouvrier, on ne vote jamais plus à droite que socialiste ».


Dès le début de l'âge adulte, « la Anne-Marie » est allée à l'école supérieure pour passer son diplôme d'institutrice. Cependant, elle a été recalée à l'oral face à une examinatrice beaucoup trop stricte. Néanmoins, son fils ainsi que sa belle-fille sont tous deux instituteurs aujourd'hui...
Finalement, « la Anne-Marie » a travaillé à la trésorerie générale de la Loire en tant que contrôleur divisionnaire. L'ambiance était agréable et son chef de service, monsieur Pérou, n'a pas manqué de la faire rire en lui demandant sans arrêt d'aller lui chercher des verres de vin qu'elle lui ramenait en ayant pris la précaution de les couper avec de l'eau. Elle garde un excellent souvenir de monsieur Pérou dont elle regarde assez souvent la photo.


Enfin, arrivée à la maison de retraite, « la Anne-Marie » s'est liée d'amitié avec madame Maneval, autrement surnommée « Manivelle » par son fils. Loin de la classe ouvrière, « Manivelle » était une grande commerçante au Puy en Velay. Dans le passé elles ne se côtoyaient pas, leur classe sociale étant trop différente. Puisque leurs idées les séparaient.


Aujourd'hui, elles sont inséparables dans les couloirs et lors des activités de la maison de retraite de la Sarazinière peut-être pour inlassablement parler de leur passé si différent...

array(1) { [0]=> array(10) { ["id"]=> int(46786) ["alt"]=> string(0) "" ["title"]=> string(22) "org_1251306962aa9e.jpg" ["caption"]=> string(0) "" ["description"]=> string(0) "" ["mime_type"]=> string(10) "image/jpeg" ["url"]=> string(65) "https://www.passeursdememoire.fr/media/org_1251306962aa9e-jpg.jpg" ["width"]=> int(365) ["height"]=> int(490) ["sizes"]=> array(12) { ["thumbnail"]=> string(73) "https://www.passeursdememoire.fr/media/org_1251306962aa9e-jpg-150x150.jpg" ["thumbnail-width"]=> int(150) ["thumbnail-height"]=> int(150) ["medium"]=> string(73) "https://www.passeursdememoire.fr/media/org_1251306962aa9e-jpg-223x300.jpg" ["medium-width"]=> int(223) ["medium-height"]=> int(300) ["medium_large"]=> string(65) "https://www.passeursdememoire.fr/media/org_1251306962aa9e-jpg.jpg" ["medium_large-width"]=> int(365) ["medium_large-height"]=> int(490) ["large"]=> string(65) "https://www.passeursdememoire.fr/media/org_1251306962aa9e-jpg.jpg" ["large-width"]=> int(365) ["large-height"]=> int(490) } } }
Galerie photos