sport d’hiver

Un témoignage de Suzanne Combaz,
né(e) le 4 décembre 1925
Mémoire recueillie à

Je suis née le 4 décembre 1925 à Saint-Jean-de-Maurienne.

Dans les années 1950, j’avais 25 ans et n’avais pas encore d’enfants.

Avec un groupe d’amis, nous avons fait tous les cols de la région. Nous partions le matin : on emmenait notre pique-nique et nous faisions des haltes où on discutait. Quelquefois on pouvait apercevoir les chevreuils et les marmottes !

Nous sommes arrivés à Chambéry en 1955. Dans ces années là, j’ai gravi un glacier en une seule journée ! Nous étions tous reliés les uns aux autres par une corde et le guide nous disait où il fallait passer car la neige, fraîchement tombée, pouvait cacher des trous. Je suis tombée dans l’un d’eux : on m’a aidée à me relever. Heureusement, il n’y avait rien de grave ! Arrivés en haut du sommet, nous regardions le paysage et la prairie qui s’étalaient sous nos yeux !

Je me souviens aussi qu’il n’y avait pas de sécurité sur les pistes de ski, du moins, beaucoup moins qu’aujourd’hui !

Un jour, pour faire plaisir à mes enfants,  je suis allée faire du ski. Sur le télésiège, il n’y avait pas de barre pour poser nos skis, alors on les laissait pendre dans le vide.

Ce jour là, je me rappelle, il faisait très froid. Les traces des pneus du chasse neige avaient gelé dans la neige et en passant dessus avec mes skis, je suis tombée et me suis cassée les deux jambes ! Il a fallu que ce soit ma mère qui s’occupe des enfants car j’ai été immobilisée pendant un mois et j’ai fait neuf mois de rééducation ! Je n’en ai plus jamais refait depuis ce jour là ! Les chaussures de ski étaient à lacets et les forfaits existaient déjà.

Je skiais surtout dans une station village où logeait ma belle famille. On ne payait pas très cher.

string(0) ""