Sur un bateau…

Un témoignage de Georgette Lesecq,
né(e) le 30 juillet 1922
Mémoire recueillie à

Dans le temps, nous, les bateliers, on vivait sur un bateau. Moi aussi j’ai vécu sur un bateau. J’ai eu des enfants qui sont arrivés alors que j’étais sur un bateau, en voyage. Dans un couple, quand ça buque à la porte, faut arrêter hein! Dans le temps, on ne restait pas deux mois arrêté pour attendre une naissance. Fallait travailler, fallait des sous! Une naissance, ça arrive n’importe où, on a toujours le ballon avec.

A l’époque on travaillait un peu plus quand même. Les conditions de travail, ce n’était pas la même chose! C’était plus dur. Même dans le métier, ce n’est plus la même chose. Néanmoins j’aimais bien mon métier. Vous savez j’ai vu le jour sur un bateau alors…

Mais c’est vrai qu’il y a beaucoup d’avantages maintenant dans la profession par rapport à avant. Parce qu’il arrivait souvent qu’on devait attacher une corde au bateau pour le tirer et le faire avancer, c’était dur… On mettait la corde et on le tirait le long des quais et des berges. Et on était content car on n’avait pas de frais de tractions, mais on en bavait des grosses gouttes. Vous savez dans le temps, un sou c’était un sou.

Je me suis mariée à 22 ans. J’étais très heureuse. Maintenant les gens se marient à 30 ans mais c’est parce qu’ils vivent ensemble avant de se marier. Dans le temps, ce n’était pas comme ça, on ne vivait pas en ménage avant le mariage. Avant le mariage, on ne se voyait pas souvent alors on s’écrivait. Et puis on a décidé de se marier et on a commencé à vivre ensemble.

Dans le temps, il y avait souvent des bals, des ginguettes, les gens étaient plus soudés entre eux, l’ambiance était plus familiale… Dans le temps, on aurait vu quelqu’un qui était un peu gêné, on serait allé l’aider, même si c’était pour de l’argent…

 

string(0) ""