Une vie engagée dans la résistance: IX/Les camps pendant la guerre

Un témoignage de Marie-Jeanne T.,
Mémoire recueillie à

Je n’ai jamais vu de camps en Allemagne, j’ai vu des camps en France. Ce qui était terrible c’est qu’étaient gardiens de ces camps des mouchards français. Il m’arrivait d’aller au camp porter la communion aux gens et en même temps quelques nouvelles. Ce n’était pas beau ces maisons de camps français. Ce n’est pas à l’honneur des français.

A Lyon, il y avait un camp à Saint Genis-Laval et il y en avait qui étaient dans la prison de Perrache.

J’avais un copain qui s’est présenté à la maison de Saint Genis Laval, il était coiffeur de métier et leur dit « je suppose que les hommes que vous avez là en prison n’ont pas pu avoir les cheveux coupés depuis longtemps ». Alors on lui demandait les prix mais il ne voulait rien. Il faisait attention dans la pièce avec les hommes car on écoutait ce qu’ils disaient.

Il y a eu des choses très belles !

string(0) ""